Confédération des Sthans
Nom officiel Confédération des Sthans
Drapeau du Pays drapeau2dq5.jpg
Region Nord-Est du Continent Majeur (RP forum francophone)
Capitale Flakgrad
Plus grande ville Flakgrad
Population Approx. 222 millions d'habitants [Estimations 1995]; 189 après la séparation avec l'Etat Libre de Flakgrad en 2007
Langue officielle Sthanor
Existence 1978 - 2010
Devise Scire velleque posse sunt.
Système République Présidentielle
Présidents-Souverains Alexandre V. T. Flak V (connu comme le Maréchal Flak V) (1978 - 2006) Nerfo Yger (2006 - 2007) Narbastcho Romarinskyior (2007 - 2010)
Monnaie Sthanor (SCS)
Hymne National Gloria er Rekkt d Sthanoroz [Gloire à la Nation des Sthans]
Gentillé Sthanor, Sthanore / Sthanors, Sthanores
Domaine Internet .ss / .co.ss / .gouv.ss
Indicatif téléphonique + 159

Fondée en 1978, la Confédération des Sthans fut et est toujours considérée comme le régime marquant l'âge d'or des Sthans, jouissant à la fois d'un régime particulièrement stable, d'une économie florissante et d'une puissance appréciable, le tout sous la direction du Maréchal Flak V, dont la mort subite et inattendue en juillet 2006 marqua la fin de l'expansion sthanore et le début d'une longue période de troubles et de déclins successifs que rien ne semblait pouvoir arrêter.

La fondation de la Confédération

Depuis plusieurs décennies, les Sthans suivaient le parcours logique de Komin-Imperiumhent, la direction commune ou tendance des "Trois Sthans" (Flakisthan, Mallaksthan, Exaçisthan) à se rapprocher toujours plus les uns des autres, et ce depuis le Traité d'Exstgrad en 1868. Mais le véritable catalyseur fut les inégalités entre régions, encore accentuées par une forte crise économique, lors des années 20 et 30; le Flakisthan des Maréchaux Flak avait alors affirmé son incontestable domination, sans retour possible, grâce à son avance industrielle prise dès 1880 et son régime présidentialiste autrement plus stable que les fragiles parlementarismes de ses voisins.
En 1931, l'initative prise par le Maréchal Flak III de créer un Commonwealth Sthanor avait déjà représenté un net pas en avant, instituant notamment un début de redistribution des richesses, étonamment peu contesté, ainsi que le principe de l'accord commun pour la signature d'un traité; mais malgré son action, l'organisation ne put que maintenir artificiellement les économies mallakh et exaçisthanaise, privées depuis des décennies de leurs capitaux et de toute capacité d'innovation par leur voisine flakisthanore. La nécessité d'aller plus loin qu'une simple "organisation de charité d'Etat à Etat" devint particulièrement criante dans les années 70, sur la fin du règne du Maréchal Flak IV, qui entama en 1975 le principe d'un "Etat pour les Sthans"; néanmoins, il mourut trois ans plus tard sans jamais voir la promulgation de la Ière Constitution de la toute nouvelle Confédération des Sthans.

L'expansion (1978 - 2000)

La Confédération, république présidentialiste et centralisée

Immédiatement après la proclamation officielle de la Confédération, en juin 1978, le Maréchal Flak V devint le premier Président-Souverain des Sthans à vie, fort de la notoriété acquise par son oncle et prédécesseur, considéré comme l'artisan de la "Nation Sthanore Unique".
Les 2 premières années du mandat du jeune Maréchal furent essentiellement consacrées à l'établissement d'une administration d'Etat particulièrement forte et centralisée dans Flakgrad, ainsi qu'à l'harmonisation de diverses lois et régulations. Somme toute, l'autorité de la capitale sur le pays ne fut complète qu'à partir de l'automne 1979, avec l'abolition des derniers Conseils Provisoires et la déposition (symbolique) des monarchies mallakh et exaçisthanaise. Les nouvelles institutions politiques, quant à elles, reprenaient le seul modèle flakisthanor: Président-Souverain à vie et disposant de pouvoirs exécutifs très étendus, Cour Constitutionnelle omnipotente en cas de crise, pas de Premier Ministre, un Parlement fort initialement, mais vite réduit au silence lors du scandale du Sthanoroz Vidth, en 1980, qui causa la démission du gouvernement de Klemens Roksthÿ, premier Ministre de l'Extérieur.

Crise et reprise économique

En 1980 et 1981, l'économie sthanore, alors en pleine ouverture, fut frappée par une compétition féroce et l'obsolescence des moyens de production mallakhs et exaçisthanais, que personne n'avait les moyens de moderniser. En mars 1981, le taux de chômage avait franchi la barre des 22% de la population active, la croissance plafonnait à -1,4%, et la pauvreté s'étendait avec une vitesse inédite, même pour ceux qui avaient connu les récessions des années 20 et 30.
Le IIème Gouvernement Flak, mené par Mauritius Neralzser, Ministre de l'Economie, lança alors un plan extrêmement ambitieux et drastique: aucune nouvelle société ne serait imposée pendant 10 ans, le marché du travail et le secteur bancaire furent totalement dérégulés, tandis que seules l'éducation et la recherche échapperaient à l'austérité dans l'Etat. Le résultat dépassa effectivement toutes les espérances: surmontant ses difficultés et misant sur l'innovation, les Sthans connurent en dix ans une croissance de plus de 70% de leur PIB, une baisse drastique du chômage (6,1% lors des estimations 1992), et s'étaient constitués des groupes "fleurons", bien que privés: la SthanzAir, Elextra-Jurinef, le Groupe SNA-SNAC, les CNFS, tandis que l'armée et la SSKG profitaient à plein des surplus des budgets de l'Etat.
Somme toute, les Sthans avaient acquis un statut de puissance économique, jouissant d'une grande prospérité et d'une puissance militaire plus qu'appréciable, mais la Confédération restait minée par une corruption endémique en "haut lieu", malgré l'attitude intraitable du Maréchal Flak V, et de fortes inégalités sociales entre la "Caste": militaires, politiques, entrepreneurs, et le reste de la population.

Une stabilité fragile (2000 - 2006)

La guerre de 2000 et le Commonwealth des Nations Sthanores

La déclaration de guerre de la République du Norhawk provoqua un véritable choc dans la société sthanore: une impression de "fin de règne" se mit à régner dans l'opinion publique, qui se rendait compte que le relatif isolement des Sthans dans le Continent Majeur ne les mettait pas à l'abri des aléas et des conflits, pas plus qu'une armée ultramoderne mais atrophiée.
Le Maréchal Flak V parvint néanmoins à repousser ce qui deviendra "l'Offensive d'Exstgrad", mais l'invasion du Norhawk, et encore plus celle du Derasthano, occupé par des troupes prétendûment aux ordres du dictateur Enher Jukley, provoqua un vif mécontentement au vu du coût en vies humaines (plus de 4.000 tués, 16.000 blessés, 900 portés disparus) et du caractère quasi-impérialiste de ces actes.
En effet, des rumeurs se mirent à circuler quant aux activités de l'ERSW, ErnRekktSthanzWahr (Armée Etrangère des Sthans), notamment en matière d'exploitation des ressources au sein d'un "Commonwealth des Nations Sthanores" (CNS). Les chefs d'Etat-Major du Maréchal Flak, en premier lieu Ylnorosz McAnastrimo et Narbastcho Romarinskyior, fidèles flakistes, en virent rapidement à être considérés comme de véritables chefs d'armée d'occupation.
Si l'exploitation des ressources naturelles du CNS mit effectivement l'économie sthanore à l'abri de ses problèmes d'approvisionnement (notamment en bauxite et en uranium), l'occupation militaire consomma en réalité plus de ressources et de richesses qu'elle n'en rapporta, en plus d'appauvrir considérablement le potentiel humain des Sthans (jusqu'à 1,5 millions de soldats et fonctionnaires engagés, dont 65.000 tués dans des attentats divers) et de rendre extrêmement impopulaire le pouvoir du Maréchal Flak V, jugé bien trop personnel et trop proche des Grandes Familles: la victoire des Libéraux-Nationalistes aux législatives de 2005 le montrera.

Le décès du Maréchal Flak V et ses conséquences

Le Maréchal Flak V mourut assassiné lors d'une prise d'otages au Palais de l'Union, le 21 juillet 2006, ainsi que son neveu le Général A. V. T. Flak VI, qui fut dénommé a posteriori le Maréchal Flak VI. Cet acte de violence, qui choqua énormément, fut perpétré par les radicaux aux ordres de Werno Dolmanov. Conformément à la Constitution, Nizkrezna Joudme, la Ministre de l'Intérieur, prit l'intérim. Devant une énorme vague de troubles dans les pays du CNS, elle accorda l'indépendance immédiatement au Norhawk et au Derasthano. La Confédération s'en trouva privée brutalement de son modèle incarné par un leader charismatique. Néanmoins, très peu de penseurs comprirent réellement l'enjeu, et les rares qui l'annoncèrent ouvertement (tels Ozarent Klent) furent fustigés comme pessimistes et nostalgiques de "l'Ordre Régalien" flakiste. Ce fut dans ce contexte de crise politique que le Libéral-Nationaliste Nerfo Yger devint Président-Souverain faute d'opposition véritable.

Le premier mandat non-Flak

Les politiques très radicales du nouveau Président-Souverain, notamment la promulgation d'une IIIème Constitution (après celles de 1978 et de 1989) devirent rapidement impopulaires sous les critiques combinées des Socialistes et des Sociaux-Libéraux. Les seuls accomplissements à ne pas être critiqués unanimement furent l'ouverture du pays au Monde et l'envoi d'un Corps Expéditionnaire en Chilia, pays alors partiellement occupé par le Jepay, et la position antimindienne lors de la Crise du Milivoje Occidental. Finalement, le Président-Souverain fut destitué par référendum, au bout de six mois de règne seulement.

Le déclin (2007 - 2009)

La séparation avec l'Etat Libre de Flakgrad

L'Amiral-Chef Narbastcho Romarinskyior, un fervent flakiste, devint alors Président-Souverain. Il annonça la suppression programmée du régime fédéral de la IIIème Constitution, jugé trop lourd, mais le début de son mandat fut marqué par le Scandale Elextra-Jurinef, qui concernait plusieurs dizaines de hauts fonctionnaires dans une énorme affaire de corruption. Il en résulta une énorme vague de mécontentement - justifié ou non - envers la Confédération dans son ensemble, mouvement que Werno Dolmanov, à la tête de ses nouvelles FPR, sut utiliser pour renverser à nouveau l'Etat. Cette fois-ci, son coup d'Etat réussit largement, forçant le gouvernement à s'exiler en Alderande.
Lors du mémorable Congrès Kronderveld, Dolmanov défendit brillamment l'idée d'un Etat séparé, qui comprendrait sa principale zone de contrôle: le Flakisthan Oriental. Seul le gouvernement de la Confédération s'y opposa réellement; le reste de la communauté internationale se montra plutôt en faveur de la cause flakgradie, même si l'Empire d'Alderande imposa un temps un blocus naval au territoire sthanor. Finalement, avec le soutien de l'Iron Mind, un Etat Libre de Flakgrad vit le jour à la suite du Traité de Séparation de février 2008, ratifé par référendum. Néanmoins, l'attentat contre Werno Dolmanov et la prise de pouvoir des angélistes radicaux du Premier Maréchal de la Garde Grise, Stundhol Steganapossiev, fit naître d'énormes rancoeurs. Il s'en suivit un net refroidissement des relations entre Flakgrad et Sthanzharb, désignée comme nouvelle capitale de la Confédération.

L'époque Romarinskyior

La IVème Constitution promulguée peu après ne fut jamais appliquée, maintenant de facto le lourd régime de la IIIème Constitution. L'économie sthanore perdit alors sa croissance rapide acquise dans les années 80, victime à la fois de la concurrence étrangère, d'un manque de marchés extérieurs et d'impôts jugés trop lourds, tandis que les entreprises subissaient la baisse drastique de la natalité obeservée dans les années 80-90. Sur le plan international, Romarinskyior lança une politique d'amitié avec Alderande, comme en témoigne l'installation d'une base militaire terrestre de l'Armée Impériale, à Helzhanj.
Les Sthans profitèrent alors d'un timide redémarrage de l'économie et d'une stabilité politique relative (le Commodore Flak VII était pressenti pour succéder à l'Amiral-Chef à la Présidence-Souveraine). Néanmoins, devant la Guerre Civile de Krigerania, Romarinskyior envoya de son propre chef un corps expéditionnaire de 350.000 hommes, qui subit rapidement des pertes astronomiques en tentant de débarquer sur les plages tenues par le Front Capital. Le Général Gerasko Wirzguinen choisit alors ce moment pour effectuer, lui aussi, un coup d'Etat contre la Confédération, signant sa fin effective.

Pour la suite de l'Histoire des Sthans, voir le Ier Conflit du Nord-Est, ainsi que l'Empire des Sthans.

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 License.