Cornélius Albert

Homme politique janakaan, né le 11 mars 1953 à Moreskan (Laurentie)

Secrétaire d'Etat aux affaires Etrangères (janvier 2006-5 septembre 2019)
Premier ministre (14 juin 2016-10 janvier 2019 et 27juillet-5 septembre 2019)

Biographie

Politique et doctrines

Rompre l'isolation

Lorsqu'il était conseiller du Grand-Duc, Cornélius Albert a appuyé la politique d'ouverture sur le monde du Janakan, seule solution pour permettre la fin de la crise économique des années 80/90. L'axe principal de cette politique devait passer selon lui par l'adhésion à l'ONU et par la négociation d'alliances avec les états stables de la région.
Centrant son action sur les relations bilatérales Janakaano-Alderaanes, dont il a souvent tester les limites (Krigéranie, Milivoje), il a également tenté ponctuellement d'ouvrir d'autres relations privilégiés (Burklembourg, Eversex, Iron Mind, Sthans, Jepay) pour éviter la satelisation du Grand-Duché par l'Empire.
Ce sera chose faite en 2010 par l'alliance janakaano-gollachoise en décembre 2010, le pacte des Nations Démocratiques d'avril 2017 puis le pacte de non-agression janakaano-eduens (Traité d'Asura, juin 2018)

La thalassocratie janakaane

Lors d'une interview en octobre 2009, Cornélius Albert a lui-même parlé de la thalassocratie janakaane. Pour lui, il s'agissait pour le Grand-Duché de sécuriser le commerce janakaan et les routes maritimes commerciales vers chaque point principal de la région par la création de lieu d'échanges privilégiés entre le Janakan et diverses nations.

C'est pour cela qu'à partir de la crise du Milivoje, il se lance dans une politique dite "opportuniste" pour favoriser des régimes alliés et des acquisitions de petits territoires. Cette politique a obligé le Janakan à maintenir une politique de "grande puissance" relativement militariste. L'Harvéna fut la première réalisation importante de cette politique, ce fut également l'origine de l'intervention janakaane dans la crise Krigérano-chiliane (que ce soit pour l'acquisition de Llewald, comme pour la défense du marché amerzonien contre une prédominance angéliste mindienne). Cette politique a ensuite évolué vers la cogestion de ports (Estrios)

Réussie en Amerzone (acquisition de Llewald et de l'Harvéna, relations privilégiés avec le Marquistador, bonnes relations avec la R.A.L.K. et le Chilia Popular) et dans les îles du Centre (port d'Estrios), elle échoua dans l'île du Nord avec la fin du Burklembourg et au Nord-Est du fait de l'instabilité des régimes sthanores.

Ouvrages et Articles marquants

- Vous avez dit bloc ? Essai sur les Relations Internationales, Poseion, décembre 2008
- L'Alliance nécessaire (relations Janakan-Alderande), mai 2021

Précédé par Cornélius Albert Suivi par
François de Reuilly Secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères Harduin de Combescamp
Précédé par Cornélius Albert Suivi par
Anne Falobère Premier Ministre Yves Cancelier
Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 License.