Enfin la Paix Politique pour les Sthans ou...

Ceci est un article paru dans le journal alderaan Dë Freven, imprimé à Vertigo.
Il est écrit par Andrëe Versners.


A peine les Restaurationnistes ont été destitués que le monde politique sthanor en effervescence se dispute une légitimité politique pour diriger le pays et instaurer un nouveau régime. La nation sthanore a accumulé en un demi-siècle tellement de régimes différents que chaque mouvement politique a sa légitimité propre : les impériaux, les républicains, les monarchistes, les fédéraux etc. Alexandra Neglez a réussi un tour de maître en s'imposant malgré tout à la tête du mouvement. C'est une militaire qui a participé à la Restauration, mais elle a provoqué la chute du régime, dit-on. Dans nos esprits d'Alderaans égocentriques elle n'est qu'une usurpatrice de ce que nous avons fait, elle prétend avoir vaincu le régime autoritaire du Vozhd ; certes elle a organisé un putsch, mais elle l'a fait lorsque le régime vacillait et était dans une impasse alors que l'Empire était sur son propre territoire. Quoiqu'il en soit, elle a réussi à réunir en elle tout le concensus politique sthanor : elle défend le régime impérial et instaure une république fédérale. S'agit-il réellement d'un consensus ? A vrai dire, je n'y vois qu'une stratégie opportuniste.

Voilà maintenant la nation sthanore dotée d'un régime républicain que la Constitution dote d'une implacable autorité : « la République Sthanore sera le seul et unique Etat régissant la Nation Sthanore souveraine ». L'emploi du futur reste problèmatique. En effet, voilà que « le régime impérial […] devra nécessairement succéder à la République ». Je ne vois que contradiction et paradoxe. La république s'instaure dans le droit de façon à ce qu'elle soit le seul régime légitime possible mais elle s'instaure de façon provisoire. Ainsi on dote la république d'une présidence mais aussi d'une régence (oui oui) et de deux conseils, un pour assurer le droit de la République, l'autre pour assurer la transition vers l'Empire. Les divisions vont renaître, chaque mouvement politique appelant à une certaine légalité (puisqu'il n'est même plus question ici de légitimité). De cette contradiction naît une indissoluble faillite du droit sthanor – et des problèmes institutionnels à venir sans doute - et marque encore plus l'opportunisme de la classe dirigeante sthanore. La République est bien celle de Neglez, elle est faite par et pour elle, mais elle doit maintenant partager, et elle devra s'y faire. C'est à n'y rien comprendre…

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 License.