Henskel Kierkegaard

Henskel Pvale Kierkegaard est un universitaire professeur d'histoire politique et homme politique d'Alderande né en 1963 à Vahlema (Milivoje).

Biographie

Une famille immigrée

Henskel Pvale Kierkegaard est né en 1963 à Vahlema en actuel Tivo-Peldervna dans le Milivoje. Son père Kwome Kierkegaard est milivien et sa mère Elsa Vaalesa sthanore. Il fréquente l'école de son village jusqu'à ses 10 ans et en 1973 sa famille immigre en actuelle République des Travailleurs suite au coup d'état de la junte militaire au Milivoje. Il n'y reste que 3 ans et dans l'hiver 1975-1976 ses parents immigrent définitivement en Alderande, dans la banlieue d'Aelgera dans le Korriban. Son père devient instituteur et professeur de sthanor et de milivien et sa mère élève ses frères et sœurs. Il assiste à la création de la Confédération avec enthousiasme et passe son baccalauréat général en 1982.

Un universitaire dissident

Il entre à l'université des sciences humaines de Prodovandrog et termine sa thèse en histoire politique en 1989 avec les « félicitations de la Chancellerie ». Il obtient, dès sa sortie, un poste de professeur-chercheur à l'université janakaane de Poséion et il assure ce poste pendant trois ans dans un pays dont il admire la culture. Il démissionne finalement en 1992 pour rentrer en Alderande et participer au changement politique qu'annonce la formation du Directoire et s'engage dans l'armée du Directoire qui réunit alors le pays sous le commandement de Steriden Ballanthë et de Ranth DeKleus, qu'il rencontre à Dresda.

Il écrit aussi quelques livres contre le positivisme de Scor Krante : Positivisme et vie démocratique (1988) et La fin et les moyens (1993).

En 1993 il assure des cours à l'université d'Aldébara et il milite contre le Directoire dès le mandat Joshua DeVen. En 1999 il entre définitivement en politique en devenant Electeur au nouveau Sénat Consulaire de Dante II* en tant que membre de l’opposition contre Cyprius Dante. Lors de l'instauration de l'Empire il rejoint la dissidence de l'Assemblée Insurrectionnelle de Lotçie en Valachie avec Guil Macgens et Tristain Loes Valorum. Emprisonné, il est finalement amnistié en 2001 sous condition d'inéligibilité. Il reprend son poste de professeur d'Histoire Politique à Aldébaran et écrit d'autres livres.

La reconnaissance de l'Empereur

En 2008, il est invité par l'Impératrice pour assurer une conférence au Palais Impérial. Il est remarqué par l'Empereur et il renoue ainsi avec le système impérial qu'il soutient ensuite avec fidélité mais non sans réserve. Il devient alors proche de l'Empereur et il n'hésite pas à lui adresser des critiques ouvertes. L'Empereur le nomme en 2012 Président-Chancelier de l'Université Impériale d'Aldera et Kierkegaard entretient alors avec Cyprius Dante une importante correspondance privée. En 2013, à la mort de l'Empereur, il figure sur la liste posthume du Conseil de Régence. Assuré d’un siège inaltérable, il s'oppose directement à la Régente et à son favori Maximilien de Baer et propose la médiation d'un Maire du Palais, mais là encore il reste très critique et se pose finalement en opposant ouvert à la politique d'Alexandre de Jyiventhor. Ce dernier devient son principal ennemi politique, il l’attaque directement dans plusieurs de ses livres et il le juge responsable de l’instauration du Toeltelvelte qui sclérose alors la Régence.

La montée au pouvoir

Lorsque Eltan Kaer Dante est sacré Empereur en 2016, Kierkegaard est conscient de l'incapacité politique du nouvel Empereur et craint l'influence de Jyiventhor sur le trône. Rebuté par une véritable entrée en politique et écœuré par l'expérience de la Régence il est cependant vite soutenu et poussé par les premiers opposants de Jyiventhor. Kierkegaard profite alors d'une large majorité au Sénat Impérial pour diriger directement la politique extérieure du pays alors même que Jyiventhor et l'Empereur s'y opposent. Il est ovationné par les parlementaires. En 2017 l’Empereur le rappelle afin d'assurer le poste de Premier Chancelier alors que son favori, Jyiventhor, ne dispose pas d’une assez large majorité et que Valorum représente une trop grande menace pour l'Empereur.

Premier Chancelier de l’Empire (2017 - 2021)

Une majorité ambiguë se dégage des élections sénatoriales de 2017, plusieurs alliances restent possibles et l'Empereur craint une arrivée historique de la Ligue de l’opposition au pouvoir. Il décide alors avec ses alliés de faire appel à Henskel Kierkegaard soutenu par les Modérés. Le « danger Valorum » est alors écarté. Kierkegaard renoue avec la Chancellerie en reprenant la tradition politique sous Cyprius Dante : il nomme un Doge - Hestus Pelleaon - et il renoue avec le Premier Recteur du Tétragramaton Max Kaer Demian dont l'influence est telle qui ne peut pas le démettre de ses fonctions sans provoquer une crise institutionnelle.

Dès mars 2017 le Premier Chancelier prévoit de grandes réformes et créé ainsi deux commissions relatives à de futures réformes que la venu de la guerre retarde. Finalement il faut attendre 2019 pour que la première réforme est adoptée. La Réforme Économique de l’Empire prévoit une libéralisation progressive du marché alderaan dirigé par l'économiste et homme politique Pter Thanas. La seconde réforme est plus longue et plus contestée et vise directement à pallier les défauts du Toeltelvelte de 2014. Dans tous les cas le pouvoir impérial est très largement diminué : le protectionnisme qui symbolise jusque là la prospérité du régime disparait et la Loi relative aux rentes impériales (votées indépendamment par le Sénat Impérial) diminue encore le prestige du trône (mars 2017).

Sur le plan international, l’Axe se réorganise avant même le début de la guerre et le Président mindien Siegfried Aaronstein lance plusieurs appels provocateurs aux angistes alderaans. La révolte populaire angiste éclate dans l'Empire et les évènements ne sont pas sans rappeler les émeutes de 2014 (mars 2017). La répression est organisée par le Tétragramaton et le Prétoire nomme arbitrairement Elmet Von Diëvedante à la tête du Korriban en remplaçant le Gouverneur élu Vheon Escobar-Vhalès. Les troubles prennent fin durant l’été mais lorsque le Prétoire suspend la législation sur l'Angisme (mars 2018) la Diète du Korriban menace de se soulever et c'est la population elle-même qui soutient ses parlementaires provinciaux et qui organise de nouvelles manifestations (avril 2018).

En politique extérieure Henskel Kierkegaard continue la politique qu’il s’est fixé sous la Chancellerie de Jyiventhor en tant que Doge. Les relations avec l’Union Sthanore vont de mal en pis, les ambassadeurs dans les capitales respectives sont renvoyés et le Premier Chancelier se pose en défenseur des droits du Wolfangilia sur la ville de Wülfenir revendiquée par l’état restaurationniste. Le Chancelier signe alors le Pacte de Dörmstok avec la Fédération du Wolfangilia : le traité lie les deux nations par une alliance défensive et permet à l'Empire d'installer une base militaire dissuasive près de la ville contestée et de la frontière avec le territoire sthanor. La guerre avec l’Union Restaurationniste éclate finalement lorsque les armées sthanores attaquent Wülfenir le 3 août 2017.

L’Empire déploit ses forces dans la base militaire de Veelad et la stratégie « coupe jarrets » du Plan Eveeda est mise en place alors que certaines villes de l’Empire - dont la Capitale Impériale - sont touchées par les bombardements sthanors. Ces attaques historiques sur le territoire alderaan forcent le Sénat Impérial, menacé lui-même par les bombardements, de donner les pleins pouvoirs au Premier Chancelier Henskel Kierkegaard (déc. 2017). Kierkegaard instaure un « rideau » aérien et maritime avec les alliés gollachois et janakaan. Les pertes sont nombreuses dans l’Océan Prométhée et les forces de l’Axe s’en prennet aussi aux transports civils comme au transporteurs de pétrole. La catastrophe écologique s’ajoute aux dégâts de la guerre.

L'Empereur se prononce officiellement contre la politique étrangère du Premier Chancelier et finalement, le Tétragramaton intervient brutalement pour démettre Kierkegaard de ses fonctions (mai 2018). L'Empereur s’octroit les pleins pouvoirs et refuse de rassembler le Sénat Impérial en préconisant une paix avec les ennemis de l'Empire et une Nösvenpolisi pour rétablir la grandeur de l'Empire et mettre fin au Toeltelvelte. Le mouvement d'opposition s'organise et il se renforce lorsque Henskel Kierkegaard est victime d'une tentative d'assassinat. Finalement le Prétoire, composé d’une majorité de ligués et de modérés, bloque les décisions du trône et dès juin 2018 le projet politique de l’Empereur se termine dans une impasse. Finalement il décide de rappeler Henskel Kierkegaard à la Chancellerie face aux pressions populaires (oct. 2018). C'est une très large défaite politique qui rend l’Empereur très impopulaire et qui décrédibilise ses alliés du Parti de l’Ordre.

Revenu au pouvoir, Kierkegaard continue avec détermination sa politique militaire contre l’Axe : le front sthanor est renforcé, le Milivoje reçoit le soutient balistique de l’Empire et Kierkegaard envoit des soldats sur Estrios pour reprendre l’île gollachoise envahie par les Eduens. Kierkegaard sabote délibérément la Conférence pour la paix de Berlen (nov. 2018) en refusant d’y participer. La guerre se généralise sur tous les fronts et la chute du régime restaurationniste par le putsch des généraux soutenu par l’Empire met finalement fin à la guerre. Kierkegaard est plus populaire que jamais. Il convoque de nouveau le Sénat Impérial qui l’ovationnae (janv. 2019).

La fin de la guerre lui permet de revenir à sa politique intérieure, le véritable centre de son programme politique. Les Commissions qu’il a formé en 2017 rendent public leur rapport et les réformes sont alors possibles. Sa politique extérieure est renforcée par le prestige de la victoire. Kierkegaard envoit Bevheas Paillargeon à la Conférence de paix de Sthanispol : l’Empire devient le protecteur provisoire de la nouvelle République Sthanore malgré le scepticisme de sa nouvelle présidente, Alexandra Neglez, et Kierkegaard visite le Milivoje où avec le Président Melev Morovine il propose une refonte du Milivoje avec l’Harvéna et de nouveaux accords visent à donner plus d’indépendance politique à la fédération en revenant sur les accords de 2010 avec les Seconds Accords de Praha (avril 2019). Le Janakan affiche directement son scepticisme vis-à-vis du projet de Kierkegaard au Milivoje mais promet malgré tout un nouveau référendum. Cependant une nouvelle fédération au Milivoje et un retrait permanent des forces de l’Empire ne sont possibles que si une paix durable est signée avec l’Iron Mind.

Henskel Kierkegaard est réélu pour un second mandat en janvier 2022 avec une large majorité favorable. L’Empereur est de nouveau mis en minorité et il décide de convoquer l’Assemblée du Toeltelvelte afin d’abroger définitivement le texte de 2014. L’Assemblée réunie (avril 2021), les oppositions et les attaques fusent alors que ni le pouvoir impérial ni la Chancellerie n’obtiennent gain de cause. Une Réforme de l’Empire est votée par l’Assemblée mais le projet est totalement anti-impérial et remet en cause le système impérial et centralisateur. Henskel Kierkegaard refuse de ratifier le texte, il démissionna (juin 2021).

Retrait politique

L'instauration de la nouvelle constitution est un cuisant échec personnel. Malgré une immense popularité et dans le but de contester le nouveau régime décentralisé il décide de se présenter à aucune élection et se retire dans la banlieue d'Aldera en tant que Professeur à l'université. Il refuse de rejoindre Ernest Tannhäuser mais encourage ses alliés politiques à représenter sa position au Sénat Confédéral : Hestus Pelleaon, Heskevor Løtek, Pter Thanas et Maxime de Condorcet.

Une originalité politique

Henskel Kierkegaard a toujours été perçu comme un homme politique orignal par son manque d’attachement au monde parlementaire en général. Suivant ses convictions ils attachaient peu d’importance aux stratégies politiques et aux conjonctures particulières. Il est vu avant tout comme un homme de volonté dont les prises de positions se sont toujours montrées franches et claires et dont la responsabilité politique était évidente et a fait preuve d’un grand sens de l’honneur et de la parole.

Kierkegaard a totalement changé le visage du clan des Modérés et son parcours politique l’a souvent discrédité alors même qu’il se défendait d’être opportuniste. Il dota le centre de l’échiquier politique alderaan d’une véritable visée politique à mi-chemin entre le centralisme impérial du Parti de l’Ordre de Jyiventhor et le républicanisme parlementariste de la Ligue.

Précédé par Henskel Kierkegaard Suivi par
Alexandre de Jyiventhor Premier Chancelier de l'Empire d'Alderande (2017 - 2021) Ernst Thoedus

Voir aussi…

- La Chancellerie d'Alderande
- Cyprius Dante
- Eltan Kaer Dante
- Alexandre de Jyiventhor

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 License.