Le Manifeste Redemptoriste

par Monseigneur Augusto Bala,
prélat de l'Église jésucrissienne d'Akadem Pradesh et chef spirituel du Mouvement rédemptoriste Jésucrissien (MRJ)

Le rejet des morales politiques classiques

Nous affirmons qu’il n’existe pas de doctrine politique ou de théorie politique spécifiquement croyantes en un messie. La raison en est simple, la doctrine politique ne peut se fonder sur la foi et ne peut que refléter la dimension morale qui découle de la croyance.
Il en résulte qu’il existe une éthique de la rédemption unique, fixée une fois pour toutes, et gardant toujours le même contenu, et c’est cette éthique qui devient doctrine lorsqu’elle est appropriée par le chef de l’état.

En ce qui concerne l’action politique des chefs d’état, cette éthique doit devenir la pierre angulaire de la pensée et de l’action du chef d’état.

Pour diverses raisons, les penseurs théologiens ont refusé de tirer une Politique des Saintes Écritures. D’abord parce que les Écrits divins sont multiples et que leur interprétation littérale soulève des contradictions qui se transforment en débats politiques.
Ceux qui se sont engagés dans ces débats par le passé sont arrivés à des notions contradictoires parce qu’ils cherchaient à justifier une prise de position politique antérieure : la foi devenant dans l’argumentaire un simple moyen de légitimation.

Tous les courants de pensée se réclament de la vertu.

  • La Monarchie associe la souveraineté à celle du dieu
  • La Démocratie associe l’égalité à l’universalité du message divin
  • Le capitalisme associe la rédemption à la vertu de l’individu
  • Le socialisme associe à justice à la morale divine,
  • Le positivisme associe le bien à la vertu de la raison scientifique
  • La révolution associe à démarche collective à l’espérance dans un monde meilleur
  • et le conservatisme se veut une subordination à l’ordre voulu par dieu.

La dimension rédemptoriste

L’être humain est sur la terre en transition vers l’état éternel de rédemption. La rédemption est sa finalité, sa fonction et sa raison d’être. En conséquence, la pérennité, la conservation et le développement durable sont des leurres sataniques qui dévient l’être humain de sa fonction première. La doctrine rédemptoriste se veut une symbiose de la croyance en dieu, l'espérance de la grace universelle et la charité fondée sur une morale colective partagée.

Toutes ces doctrines du passé ignorent la synthèse des vertus fondamentales proposées par la rédemption et en ce sens elle demeurent des pratiques laïques qui légitiment le pourvoir ou la volonté de pouvoir de leurs dirigeants.

La doctrine de la rédemption est la seule sur laquelle peut s’appuyer la notion de parti politique, de mouvement social ou de syndicat moral. Dans le cas contraire, il s’agit de regroupements de croyants qui se referment sur leur croyance pour légitimer leur commune appartenance à une secte ou un regroupement. Mais ce n’est pas le rôle des croyants dans la société de rester réunis. Il ne peut seulement y avoir qu'une seule recherche d'éthique politique pour des croyants : quel comportement la foi en Dieu doit-elle prescrire dans le monde politique, tel que nous le vivons au présent ? Comment ce que nous faisons est-il une contribution appropriée à la finalité de notre rédemption ?

Le leurre satanique des parti religieux classiques

En fondant leur doctrine sur la légitimation et le soutien d’un pouvoir déjà défini, les partis politiques d’inspiration religieuse leurrent les croyants en leur faisant croire que la légitimité émane du pouvoir divin et représente une morale découlant de la lecture des Saintes Écritures. L'absence d’une doctrine politique spécifiquement croyante ne cherche qu’à conduire les croyants à se désintéresser de la politique, pour recentrer la foi en un meilleur avenir immédiat sur la vie privée.

C'est ce que les croyants doivent combattre dans les doctrines d’inspiration positivistes et neo-libérales. Ceci donne aux pouvoirs politiques le moyen d’enfermer la "religion", dans le cercle de la vie privée. Cette doctrine est condamnable :.

  • Tout d'abord parce qu'il est impossible dans la pratique morale de la vie de dissocier une vie privée et une vie publique. Une personne devant Dieu est un tout et on ne peut séparer la participation à la société ou à l'activité professionnelle, ce que fait le régime des castes et organisations professionnelles.
  • En second lieu parce que nous ne pouvons pas nous désintéresser du monde dans lequel nous sommes placés, et dont nous sommes responsables devant Dieu comme nous assumons cette responsabilité devant les hommes au milieu desquels nous vivons.

Le fondement de l’action rédemptoriste demeure les exigences de justice des Saintes Écritures. On ne peut ici non plus dissocier la justice privée et la justice sociale. Il faut que des croyants se trouvent partout où sont des hommes, au milieu et avec eux.

Les implications du pouvoir rédemptoriste sur la politique nationale

  1. Le Seigneur rédempteur est le maître de la nation et son pouvoir s’exerce par son serviteur le chef d’état auquel il confie la rédemption des hommes.
  2. La croyance est nécessaire à la conduite morale de l’homme. La croyance devra être considérée comme une pré-condition essentielle à l’exercice du droit de citoyen et à la protection des lois. Tous les croyants sont égaux devant la loi et les détenteurs de la foi ont droit à la clémence du Seigneur.
  3. La direction du pays doit être confiée à des êtres moraux dont la droiture et l’intégrité ne peut être mise en doute. Le système électoral corrompt les hommes et doit être aboli. Le Parti rédemptoriste propose de confier le gouvernement à des prélats, formés à la morale sociale et à l’administration des choses temporelles.
  4. Le système des castes professionnelles crée des hiérarchies sociales qui vont à l’encontre de l’égalité devant le Seigneur. Toutes les castes professionnelles devront être abolies, leurs biens confisqués et leur gestion confiée à la direction spirituelle de l’état.
  5. Les crimes haineux et immoraux doivent être sévèrement réprimés pour préserver le caractère moral de la société. La peine de mort devra être restaurée et son administration confiée au chef suprême de l’état, seul être après le Seigneur capable de déterminer le sort des criminels.
  6. L'organisaton sociale sous des régimes urbains et provinciaux se fonde sur des entités qui sont contriares à la morale sociale et entretiennent l'individualisme et la recherche du plaisir. Le parti propose de réformer l'organisation sociale en placant les communautés croyantes sous la direction morale d'un membre du clergé qui veillera au bien être de sa paroisse et à lapoursuite de la rédemption des croyants. La paroisse sera rattachée au diocèse et le diocèse au cardinalat.
  7. La propriété foncière de biens temporels détourne les hommes de leur rédemption. La propriété de biens devra être étroitement contrôlée et les surplus de biens devront être partagés dans le sens d’une charité administrée par les membres du clergé.
  8. Le mariage et le concubinage du clergé résulte dans la procréation et la transmission des biens de génération en génération ce qui cause les inégalités sociales dues à l’accumulation des biens. Le célibat devra être une condition d’accession au clergé et à la fonction de prélat.
  9. Le rôle de l’homme est de dominer la nature pour en tirer sa subsistance et celle de la famille selon la volonté divine. La conservation des ressources est contraire à la morale et aux écritures. La croyance à une vie terrestre illimitée est contraire à la morale de la rédemption et la prévention de la fin du monde constitue un crime haineux face aux croyants.
  10. La lutte à l'incroyance et à l'infidélité constitute la forme suprème d'abnégation. Il appartient à tout croyant, à plus forte faison au chef d'état, de mener une lutte incessante et impitoyable à l'immoralité, l'incroyance et le rejet de la doctrine de la rédemption. En confiant l'état à une personne d'une haute moralité, le Seigneur démontre sa sagesse et la justesse de son choix.
Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 License.