Saint-Empire Alderaan

Le Saint-Empire Alderaan est une ancienne institution d’Alderande qui regroupait un ensemble assez large de territoires totalement autonomes et indépendants les uns des autres. Le Saint-Empire était avant tout une unité culturelle et historique qui devait réaliser l’union ancienne du peuple alderaan au sein d’un même empire mais le projet fut un échec et seul la monarchie réussit à instaurer une couronne commune sur l’ensemble du peuple alderaan. La couronne du Saint-Empire fut instaurée en 857 et disparut en 1782.

Organisation du Saint-Empire

Le Saint Empereur

Le Saint-Empire Alderaan se voulait être l’instance suprême du peuple alderaan réuni sous un même monarque alors même que le territoire partagé par le peuple alderaan était divisé en de très nombreuses seigneuries. Ce monarque disposait de très peu de prérogatives face aux seigneurs alderaans et pendant longtemps le titre était avant tout honorifique et donnait à la famille d’un monarque un prestige sur plusieurs génération. Le plus souvent, il utilisait son titre pour légitimer l’organisation d’une coalition contre un seigneur ou une alliance du peuple alderaan entier contre une menace extérieure. Le Saint-Empereur était une charge élective à vie et seuls les plus prestigieux seigneurs alderaans pouvaient prétendre accéder à la couronne impériale.

La Diète Impériale

Le collège de seigneurs électeurs (la Diète Impériale) évolua longtemps avant d’être définitivement fixé ; très large au début il fut de plus en plus restreint jusqu’à atteindre le nombre fatidique de douze à la Diète de Hos en 1325. Les Electeurs était alors le Duc de Trente, le Prince Palatin d’Epire, le Doge de Teluskan, le Duc du Tankin, le Comte de la Marche (remplacé plus tard par le Duc d’Uskar en 1506), le Voïvode de Valachie, le Comte d’Armandache et les cinq Premiers Orateurs des Collèges.

La tradition voulait que chaque électeurs réunissent avant chaque Diète Impériale les représentants des nobles et des villes pour décider vers quelle personnalité le vote de l’Electeur se porterait. Peu à peu cette tradition devint une simple formalité où l’Electeur seul était véritablement le décideur.

L’importance des Electeurs favorisèrent les trafics d’influence entre Maisons alderaanes et autres grandes familles nobles.

Un empire aux frontières peu nettes

Les frontières du Saint Empire étaient très ambiguës et il fallut attendre 1104 pour qu’il ait de véritables limites. L’Empire devait regrouper tout le peuple alderaan au sein d’une même entité mais peu à peu d’autres territoires se fixèrent au Saint-Empire. Ainsi, la Valachie (de culture valaque), l’Epirat (sous le nom de Principauté palatine était de culture corstrisiane) et le Teluskanais (à l’époque ils n’étaient pas considérés comme Alderaans) obtinrent un droit d’élection.

Histoire du Saint-Empire Alderaan

La dynastie impériale d'Ulm

Après les grandes vagues d’invasion alderaanes de 340 à 670 de ce qu’allait devenir le territoire d’Alderande, le peuple alderaan resta unit pendant près de deux siècles autour d’une même dynastie impériale. La Maison d’Ulm était en effet la plus puissante et portait la couronne impériale de façon héréditaire et les seigneurs alderaans leur juraient allégeances.

En 851 l’Empereur Thoedoric Sigis d’Ulm mourut sans laisser d’héritier à la couronne impériale. Le titre tomba en désérance et l’Empire n’avait personne pour assumer sa gouvernance. Un Conseil de Régents s’organisa à Meduselde (le siège des Empereurs d’Ulm) mais les conflits entre les familles cadettes de la Maison d’Ulm ne permirent à aucun prétendant de s’imposer. Finalement, après une guerre civile de 6 ans, les seigneurs décidèrent d’instaurer un système d’élection. Le Saint-Empire était né d’une carence dynastique et de conflits d’influence.

De la Guerre des Deux Empereurs à l'avénement de Pavel Alderil

Le titre impérial passa donc d’une famille à l’autre selon les conjonctures politiques mais le pays était totalement divisé sans que la couronne impériale ne parvienne réellement à s’imposer durablement.

En 1306 la Diète Impériale ne parvint pas à se décider et les factions sabottèrent le vote et une guerre générale suivit la double élection de deux Saint-Empereurs. En 1324, l’un des prétendants au trône impérial mourut et la Diète Impériale se réunit de nouveau. Lassés des luttes entre factions qui recommençaient de nombreux seigneurs décidèrent d’élir le seigneur d’Aldébaran, Pavel Alderil à la tête du Saint-Empire. Il avait gagné une solide réputation en secourant les habitants de Vestigeo (Vertigo) contre les Teluskanais et il avait imposé une paix durable aux seigneurs du Alderânsed (“le sud du territoire des Alderaans” qui correspond actuellement aux provinces du Tankin, de Thita et d’Aldébara).

La dynastie Alderil et l'Acte de Suprématie

La Maison Alderil secoua la tradition alderaane des saestrepe (tribus) en s’imposant comme une véritable monarchie. Le titre de sigister (roi) fut octroyé à la Maison Alderil à la mort de Pavel et ses descendants continuèrent à être élus aussi à la tête du Saint-Empire Alderaan. L’Acte de Suprématie de 1486 rendit cette double préséance “éternelle”. Dorénavant le vote de la Diète Impériale n’était plus qu’une formalité et la Maison Alderil avait rétabli le royaume d’Alderande du temps de la dynastie d’Ulm.

La révolte du Parlement d'Aldébaran

En 1618, le Parlement d’Aldébaran s’insurgea contre la tentative du roi Daelric III d’imposer une monarchie de type absolutiste en restreignant les droits des Parlements. La querelle se termina en guerre civile et en 1622 le roi dut revenir sur ses décisions. Le “Compromis d’Aldébaran” mettait fin à l’Acte de Suprématie de 1486 qui permettait à la Maison Alderil de cumuler la couronne royale et impériale.

Dorénavant, la Maison Alderil ne serait que souveraine d’Alderande et la Diète Impériale porterait le nom de Diète Suprême d’Alderande et élirait un Chantelame garant de l’union du peuple alderaan. Ce Chantelame était un mandat hautement prestigieux mais qui ne donnait aucun pouvoir particulier. Le pouvoir royal n’était pas atteint et le Saint-Empire Alderaan perdait de son prestige mais le Chantelame pouvait agir comme contre-pouvoir avec l’appui de la noblesse.

La Calme Révolution et la chute des Alderil

La Calme Révolution de 1674 mit fin au royaume d’Alderande de façon définitive en destituant la Maison Alderil du trône royal. La Diète Suprême d’Alderande retrouva alors une certaine préséance : face à un territoire alderaan de nouveau divisé le titre de Chantelame était hautement significatif pour assurer la “concorde et l’union du peuple alderaan”.

Ainsi en 1715 le Chantelame et Duc de Montargès réussit à réstaurer le pouvoir royal autour de la Maison Mikiluen mais l’autorité de cette nouvelle dynastie était trop faible et en 1781 le dernier roi fut destitué.

La fin du Saint-Empire

Affaibli par la chute de la royauté, Alderande se retrouve de nouveau divisée alors même que les armées elghinoises envahissent le pays. En 1782, à Aldebaran, le Chantelame d’Alderande est exécuté par le Vice-roi elghinois et la Diète Suprême est dissoute. C’est la fin de ce qui restait du Saint Empire.

Retour et fin du Chantelame

Cependant la Diète se réunit de nouveau en 1806 et réforme totalement son fonctionnement. Le titre de Chantelame d’Alderande est conservé mais son rôle est symbolique et s’y racrocheront surtout les nostalgiques de l’ancien pouvoir royal. Après avoir été reconnue dans la Constitution de la Confédération sous Othorion Koeve, la Diète est définitivement dissoute en 1992 lors de la Révolution de Juillet.

Liste des Saints-Empereurs et des Chantelames

Les Saints-Empereurs

Les Saints-Empereur d'Alderânsen

(alderânsen = "le nord du territoire des Alderaans")

Carloman d’Armandakh (857-879)
Sigismond d’Armandakh (879-901)
Sigismond II d’Armandakh (901-906)
Carloman II d’Aramandakh (906-944)
Thoederic von Skölnn (944-972)
Carloman von Skölnn (972-975)
Hug Trodhain de Sohbenet (975-1003)
Tolaib DeFreven (1003-1019)
Jescob DeFreven (1019-1027)
Hedor Trodhain de Sobhenet (1027-1059)
Charles Trodhain de Sobhenet (1059-1080)
Hector DeFreven (1080-1097)

La suprématie de Trente

Vecter de Trent (1097-1112)
Charles de Trent (1112-1157)
Lyossos de Trent (1157-1162)
Charles II de Trent (1162-1201)
Lyossos II de Trent (1201-1216)
Lyossos III de Trent (1216-1220)

Les "Empereurs téméraires"

Thersès DeFreven (1220-1244)
Charles Dholmet (1244-1286)
Karl Estheld (1286-1288)
Gilad von Hohenzerfsen (1288-1306)

La guerre des Deux Empereurs

Helad von Hohenzerfsen (1306-1325)
Charles Brae Estheld (1306-1324)

La dynastie Alderil

Pavel Ier (1325-1361)
Kharle Ier (1361-1376)
Eltan Ier (1376-1394)
Eltan II (1394-1432)
Pavel II (1432-1460)
Kharle II (1460-1461)
Pavel III (1461-1483)
Eltan III (1483-1502)
Pavel IV (1502-1531)
Kharle III (1531-1554)

La dynastie Alderil-Thoden

Daelric Ier (1554-1570)
Pavel V (1570-1589)
Daelric II (1589-1602)
Pavel VI (1602-1617)
Daelric III (1617-1622)

Les Chantelames (1622-1782)

Aloysius Thoden (1622-1634)
Hector Thoden (1634-1659)
Florien de Lune Daëns (1659-1674)
Cyprius de Velde (1674-1675)
Joan de Velde (1675-1676)
Antoine de Montargès (1676-1722)
Philippe de Montargès (1722-1745)
Charles-Philippe de Montargès (1745-1768)
Charles-Antoine de Montargès (1768-1782)

Les Chantelames (1806-1992)

Eugène de Montargès (1806-1847)
Esmund Dholer Thoden (1847-1861)
Darius Valorum (1861-1896)
Jules de Velde (1896-1950)
Charles de Vandequin (1950-1973)
Philip von Thersen (1973-1985)
Elio DeVès (1985-1992)

Voir aussi

- Alderande
- Histoire d'Alderande
- L'Ancien Régime en Alderande

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 License.